Organiser ses moyens de secours avec MARCHE-RYAN

Organiser ses moyens de secours avec MARCHE-RYAN

Ceux qui suivent régulièrement mes articles, savent que je suis depuis quelques semaines en recherche d’une meilleure organisation opérationnelle de mes différents modules d’urgence, et secourisme (voir l’article : Organisation des kits de secours ). Après avoir tournée dans tous les sens ma réflexion, je pense que l’organisation de mes modules devrait s’appuyer sur la procédure MARCHE-RYAN. Je vous propose donc dans cet article de vous expliquer mon raisonnement, et les conséquences sur l’organisation et la rationalisation de mes équipements médicaux d’urgences. Comment organiser ses moyens de secours avec MARCHE-RYAN ?

1. MARCHE-RYAN quésako ?

MARCHE-RYAN ou plus globalement SAFE-ABC ainsi que MARCHE-RYAN sont des acronymes mnémotechniques permettant de mémoriser une procédure (protocole) de prise en charge d’un blessé sur un zone de combats. Le TCCC préconise cette méthode d’intervention, et la version civil le TECC s’appuie aussi sur la partie MARCHE-RYAN du protocole.

  • Chaque lettre de l’acronyme représente une classification ordonnée des traitements (conduites à tenir).
  • En mémorisant cet acronyme anglophone vous gardez une cohérence dans la continuité opérationnelle de vos actions.
  • Chaque étape est pensée et priorisée pour traiter, et potentiellement sauver un maximum de victimes. Car en effet, ce dispositif prend aussi tout son sens lors d’un afflux de plusieurs blessés.
  • MARCH nous aide donc à préparer l’évacuation “E” le plus rapidement possible, en limitant le nombre de décès.

La logique essentielle du MARCHE, la problématique centrale qui le résume, “c’est l’ensemble des actions à mener ici et maintenant sur ce blessé pour éviter qu’il ne meure dans I’heure qui vient”. Il ne s’agit pas d’établir un diagnostic lésionnel, ni d’identifier le mécanisme des détresses vitales à venir mais bien de réaliser les gestes qui permettront, peut-être, de sauver ce blessé. Aucun des éléments cliniques à rechercher sur le blessé ne sont destinés à recueillir des informations utiles à transmettre avec le blessé, mais à déclencher des gestes salvateurs.

Source : Centre d’instruction aux techniques de réanimation de l’avant (CITeRA)

Chaque lettre est associé à une typologie d’action sur le blessé.

  • M : Massive bleeding control :
  • A : Airway
  • R : Respiration
  • C : Choc
  • H : Head/Hypothermia
  • E : Evacuate

Voici de manière plus globale, le processus dans lequel nous allons nous intéressé à la méthode MARCHE et RYAN pour organiser nos modules médicaux :

Acronyme SAFE MARCHE-RYAN désignant la méthode standardisée Française de prise en charge

Mon propos n’étant pas d’expliquer le protocole globale, je vous encourage à consulter différentes sources d’explications dans la section quelques liens utiles. Cependant pour introduire ma réflexion sur l’organisation de mes moyens médicaux, voici un lien bien fait pour comprendre ma démarche :

https://www.facebook.com/notes/france-tactical-soldiers/safe-marche-ryan-safe-abc-protocole-de-prise-en-charge-de-bless%C3%A9s/2227241983968349/

Cette procédure est construite sur la base des statistique de mortalité au combat. Il faut en effet noter que dans les 10 premières minutes le taux de mortalité est de 50%, et que 80% des décès ont lieu dans les 2 premières heures.

Statistiques de mortalité au combat

Il est important de noter que ce protocole est adapté aux secours au combat, mais aussi que beaucoup d’organisations de secours s’inspirent de ce dispositif dans le monde civil en raison de son efficacité lors de situations impliquant beaucoup de victimes. Il faut donc considérer ce protocole comme une référence pour le traitement préhospitaliers lors de catastrophes avec les dispositifs connexes comme le “START ABC”, le “Triage”, le “Damage Control”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Résilience (@laresiliencefr) le

2. Organisation envisagée

C’est donc sur la base des actions d’intervention que je vous livre ma réflexion. Ma démarche s’appuie par conséquent sur la classification MARCHE-RYAN. Mais venons en au fait : Le contenu de mon organisation modulaire est donc directement lié aux conduite à tenir (C.A.T.) M.A.R.C.H.E. et R.Y.A.N..

Une fois cela dit, voici les trois briques en images de mon organisation :

2.1. M.A.R.C.H.E.

MARCHE

2.2. R.Y.A.N.

RYAN

2.3. Autres matériels

Autres matériels

Il est donc assez simple à ce stade d’acquérir et d’organiser le contenu de chaque module en fonction de mes compétences. Je sais maintenant organiser un ensemble des trousses d’un sac d’intervention (code couleur) selon le mode opératoire du protocole M.A.R.C.H.E. R.Y.A.N. et définir précisément le contenu de chacune de ces trousses. Un prochain article permettra de mettre au jour la construction de mon sac d’intervention selon cette technique (Des trousses, des matériels, des listes, des checklists, des photos …).

Remarque importante : Ce protocole intègre des traitements hors du champ de compétences et des prérogatives d’un(e) secouriste civil. Il est cependant intéressant de comprendre ce qui peut être mis en œuvre au niveau de ses prérogatives et d’organiser en conséquence nos moyens de traitements secouristes. 

Pour cela, il est évident que les désignations du module Choc et le module Analgésie sont hors de portée d’un secouriste. Pour autant, il me semble intéressant de connaitre nos limites d’actions (prérogatives).

2.4. Le trauma kit

On comprend aussi tout le sens d’un trauma kit prenant en compte le MAR de MARCHE. Concevoir un trauma kit par mimétisme est donc absurde si on n’en comprend pas l’organisation, l’origine et le raisonnement. Le trauma kit permet la prise en charge rapide de blessures pouvant potentiellement être mortelles dans un délais de 10 minutes.

3. Quelques liens utiles

Laisser un commentaire