Résilience de la nature

Objectifs

Ce blog a pour objectif d’offrir une base de connaissances généraliste à toutes personnes (ou communautés) désireuses de développer ses capacités physiques, psychologiques et ses compétences techniques pour d’optimiser son autonomie, son indépendance et sa résilience aux systèmes existant.

L’approche du site est simple, et permet de soustraire un maximum de dépendances à nos habitudes modernes, en réapprenant, ou en se réappropriant les usages, les gestes et techniques essentielles aux besoins fondamentaux, et quotidiens des êtres humains.

Sans faire l’apologie de la collapsologie, ce site offre une approche pragmatique permettant d’adapter son mode de vie en l’ajustant aux contraintes et aux risques d’exposition de votre environnement quotidien.

Contexte

Ce site représente une approche douce et modérée d’un certain nombre de concepts sociétales qui traînent parfois, une mauvaise réputation, des idées mal comprises ou mal définies par certains médias au travers d’amalgames faciles et abusifs. L’être humain juge et catégorise, c’est dans sa nature.

Pour cela, le mot « survie« ,  son verbe d’action « survivre » et l’adjectif « survivaliste » prendront de suite une connotation négative dans l’esprit de beaucoup de gens. Sans m’inclure dans un quelconque mouvement de cette nature, il faut admettre que certaines de leurs idées ou valeurs sont bonnes à prendre.

Ce n’est pas parce qu’un mouvement politique ou apolitique à une bonne idée et que nous l’admettons, que nous faisons implicitement partie de ce mouvement et que nous nous reconnaissons dans toutes leurs valeurs.

Tout n’est pas catégorique à ce point heureusement.

Pour l’exemple, nous pouvons l’apprendre de David Manise (Qui est David Manise ?) qui dans sont article « Je ne suis pas survivaliste. » l’explique très bien et simplement. Je cite le début de son article :

Eh non.

Désolé, messieurs les journalistes qui me contactez pour vous payer un survivaliste et faire de l’audimat. Je ne suis pas, n’ai jamais été, et ne serai jamais un « survivaliste ».

Rien que parce que le mot finit en « iste » déjà. Comme raciste, populiste, élitiste, machiste et plein de trucs pas cool du tout. Aussi parce qu’un mot comme ça, aussi connoté politiquement, aussi chargé de clichés venant droit des USA dans lesquels divers fanatiques stockant armes et munitions attendent avec enthousiasme une fin du monde où ils pourraient enfin flinguer quelqu’un.

Un concept, c’est comme une étiquette. C’est réducteur, et ça vous colle trop vite à la peau.

Qui suis-je ?

Je m’appelle Sébastien, et j’approche la cinquantaine au moment de la rédaction de cette page. Sans jugement ou catégorisation, je ne m’identifie pas plus particulièrment aux mouvements « Survivalistes », « Preppers », « Décroisant », « Néo-Bobo » ou « Zadiste » (…) qui ont cependant le mérite de mettre en lumière des sujets et connaissances malgré tout.

Je me reconnais plutôt comme un « Résilient ». En tant que père de famille, je développe une approche modéré, structurée et éducative avec une forte envie d’apprendre et transmettre.

D’aussi loin que je me rappelle, lorsque j’étais tout jeune garçon (6 à 16 ans), j’ai toujours aimé développer régulièrement mes connaissances et mon expérience de la forêt, du bivouac, du feu, du campement, de l’orientation, de la pêche à la main, de la randonnée exploratrice sur plusieurs jours en milieu naturel (Raft, Canoë, grimpe, rappel). Sans avoir jamais été Scout, j’ai le sentiment que mes compétences « Bushcraft » de l’époque étaient pas mal développées, alors que mes outils étaient relativement sommaire.

Par le passé ancien de la Royale, mon parcours m’a permis d’exercer beaucoup d’activités marines et sous-marine dans l’armée comme dans le civil. Passionné par la plongée et la spéléo, ma relation à l’équipements et donc son organisation sur le corps (ergonomie) est pour moi essentiel. Aussi passionné des EnR, des Lowtechs et de numérique (20 ans de métiers), je suis sensible à tout apprentissage, échanges et partages qui pourraient augmenter mes capacités d’autonomie (Et non d’individualisme).

Oui, vous l’aurez compris, je suis empreint du besoin d’autonomie, j’apprécie dès que possible l’usage des compétences, le bon sens des activités de survie et le développement de l’autosuffisance. J’apprécie le travail de Mike Horn, de Ron Hoods, de Michael Reynolds, de David Manise et Vol West (…) mais pas vraiment de « Koh lanta », « Bear Grylls » et compagnie.

Cette démarche d’autonomie et d’indépendance au système me suit dans beaucoup d’autres disciplines. Ce raisonnement est donc poussé à son paroxysme dans plusieurs domaines de vie comme l’autonomie alimentaire, l’autonomie énergétique (…), et plus généralement une aptitude à apprendre et remettre en question mes connaissances chaque jour.

De nature pragmatique et passionnée, c’est un beau matin d’été 2018 que l’idée d’une base de connaissances s’est transformé en blog. Ce blog se veut donc l’expression d’un savoir (non exhaustif et non parfait) à transmettre et partager.

N’ayant pas la science infuse, je pourrais à un instant T évoquer un point de vue, et remettre en question ce même sujet quelques temps plus tard.

J’ajouterais une citation que j’apprécie particulièrement :

La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.
Antoine de Saint-Exupéry

Avertissement

Attention, la résilience est un acte réfléchi, organisé, structuré et adapté à chacun dans une démarche s’inscrivant dans le temps. Les modèles de réflexion ici sont les miens pour donner des exemples de démarches, mais nécessite des adaptations aux contextes et l’environnement de chacun.

Je ne prétends pas offrir ici un coaching individualisé, mais des exemples transposables. Merci donc par avance de vos réflexions et contributions, mais n’attendez pas de moi la prise en charge de spécificités propres à votre situation.

C’est à vous de développer votre démarche et la préparation de votre développement personnel, en piochant les éléments utiles et adaptables à votre propre projet après avoir évalué vos risques propres.

Je sais par expérience que la gestion des blogs draine souvent des pollutions liées aux boulets ne prenant pas la peine de lire un minimum avant de poser des questions. Je serais donc obligé de rappeler à l’ordre les flemmards ne faisant pas d’efforts.

A vous de jouer, bonne lecture,

Sébastien

blog.la.resilience (at) gmail.com

Fermer le menu