Les éclairages d’appoint et d’urgence

Les éclairages d’appoint et d’urgence

« Fiat lux et facta est lux » en latin, ou « Que la lumière soit, et la lumière fut » en français. On ne s’emballe pas, même si cette locution est biblique, ce n’est pas de religion dont il est question dans cet article. Nous allons évoquer le sujet Ô combien centrale qu’est la lumière et par conséquences les éclairages d’appoint et d’urgence dans nos organisations et stratégies survivalistes.

1. Les éclairages d’appoint et d’urgence

L’éclairage résidentiel « dit » de confort n’est pas le sujet aujourd’hui. Il sera question dans cet article uniquement de l’éclairages d’appoint utile à des situations ponctuelles, et les éclairages d’urgences en cas exceptionnelles (une rupture de normalité). Toutes les solutions évoquées seront des équipements mobiles et moyennement, voir peu encombrants.

Le sujet ce jour est bien l’éclairage et non pas les solutions d’appoint énergétique. Les dispositifs backup dit « Régulateur solaire », « convertisseur Pur Sinus », onduleur et compagnie, très présent dans l’actualités de la sphère survivaliste ces derniers jours, ne font pas partie du tour d’horizon de cet article.

2. Les vecteurs d’énergies

Pour commencer, quels son les vecteurs d’énergies disponibles pour répondre aux besoins d’éclairages d’appoint ou d’urgence ?

Il y en à trois :

  1. Le feu
  2. L’électricité
  3. La chimie

2.1. L’éclairage avec le vecteur feu

La combustion est une réaction chimique avec du feu et du gaz dégageant de l’énergie thermique (exothermique) et de l’énergie lumineuse. Ce vecteur (le feu) nécessitera toujours un combustible pour produire cette lumière. Ce combustible a donc des propriétés intersectes de stockage et de capacité plus ou moins pratique, et dangereux.

  • Feu de camp et de cheminée où le combustible sera le bois ;
  • La bougie où le combustible sera la cire/paraffine ;
  • La lampe à gaz où le gaz sera le combustible (bonbonne de propane, butane) ;
  • La lampe à pétrolele pétrole, l’essence, l’huile seront les combustibles (bidon, jerrycan, bouteille).

2.2. L’éclairage avec le vecteur électrique

Dans cette section nous retrouvons les solutions d’éclairages s’appuyant sur le vecteur électrique comme source d’énergie. Il en existe trois types de solutions :

  • Les lampes dynamo ;
  • Les lampes solaire ;
  • Les lampes à piles et batteries (accumulateurs / Rechargeables).

2.2.1. Les lampes dynamo

Les lampes dynamo sont intéressantes, mais j’ai à ce sujet un « a priori » qui n’est que mon point de vue. Certes ceux sont des dispositifs ultra-résilients car en capacité de produire de la lumière à la demande avec l’énergie motrice humaine, et donc ne nécessitant pas de combustible directe. Par contre ces dispositifs sont potentiellement de faux amis en raison de leur indisponibilité immédiate. En effet, je ne considère pas les lumière dynamo comme une réponse d’urgence à un besoin d’éclairage, mais comme une solution d’appoint complémentaire, et lorsque que je ne dispose plus d’alternative en lumière. A titre personnel, je n’ai pas encore intégré ce type de dispositif dans ma préparation, mais je réfléchis à l’acquisition d’une lanterne dynamo.

Lampe dynamo

2.2.2. Lampe solaire (photovoltaïque)

Pour les mêmes raisons évoquées dans la section ci-dessus, les lampes solaire (Avec une mini cellule photovoltaïque), ne sont pas à mon avis des dispositifs fiable en raison du niveau de charge aléatoire de la batterie, et de l’impossibilité de changer rapidement la batterie. Cela reste une solution à envisager mais moins opérationnel qu’une lampe dotée une batterie que l’on pourra extraite pour la recharger en temps voulu.

Remarque : Éventuellement, il existe des lampes à sources mixtes (dynamo / photovoltaïque) qui peuvent être plus opérationnelles qu’en mono-source. 

Le couple production électrique solaire et recharge batterie est très pertinent et devra faire l’objet d’un bilan énergétique adapté à votre organisation. Je ne peux donc préconiser un dispositif de charge solaire mobile à votre place. Mais une solution mobile de recharge solaire est nettement plus performant pour charger des accumulateurs amovibles.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Résilience (@laresiliencefr) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Résilience (@laresiliencefr) le

2.2.3. Les piles et rechargement batteries (accumulateurs)

Ma stratégie actuelle d’éclairage d’appoint et d’urgence (donc hors éclairages résidentiels) s’appuient principalement sur le vecteur électrique. Même si il est évident que les containers et formats d’énergie électrique sont les type AA et AAA, il faut aussi s’intéresser aux dispositifs de plus grandes capacités permettant aussi le transvasement de charges.  Pour rappel voir l’article : Autonomie énergétique embarquée.

Il peut aussi être intéressant de choisir des lampes pouvant accepter plusieurs types de piles ou d’accumulateurs comme excellentissime Streamlight 1l1aa qui peut recevoir des AA Alkaline, CR123A Lithium ou AA Lithium.

Streamlight Protac 1l-1aa

2.3. L’éclairage avec le vecteur chimique

Un peu marginale, ce vecteur énergétique permet de produire de l’énergie lumineuse sans énergie thermique. Il apporte une solution simple, très pratique et ultra-mobile, mais de très faible intensité.

Le bâton lumineux est constitué d’un tube de plastique, fermé de manière étanche à ses extrémités, contenant deux composés chimiques distincts séparés par une capsule de verre de faible résistance. La rupture de cette capsule, qui se fait par flexion du tube de plastique, a pour effet de mélanger les deux produits et de produire de la lumière par réaction chimique, sans apport énergétique externe (chimiluminescence produisant une lumière par fluorescence).

Source Wikipédia

3. Les fonctions intéressantes d’un éclairage

Aucune solution d’éclairage de répond bien à tous les cas d’usages envisageables. Malgré les approches marketing vantant les mérites de solutions 3, 4, 5, (…) en 1, il faut considérer que plusieurs solutions seront toujours plus compétente à couvrir différents besoins qu’une seule solution. Un éclairage peut remplir une ou plusieurs grandes fonctions importantes. Voici comment on peut définir ces fonctions :

  • Mains libre (frontale) ;
  • Détresse (Alerte, Alarme, Urgence, Signal, balisage, SOS) ;
  • Variation et gradation de puissance ;
  • Défense personnel avec cannelures tactiques (dentelée) ;
  • Baladeuse et positionnement.

4. Les caractéristiques

Sur la base de quels éléments, comment choisit-on un éclairage d’appoint ou d’urgence ?

Les attributs spécifiques ci-dessous listés doivent être les critères déterminants votre choix :

  • La puissance (W, lumens, candelas …) ;
  • L’autonomie / Durée ;
  • Son poids et sa taille ;
  • Les propriétés du faisceau lumineux (Portée, focalisation) ;
  • Sa température couleur ;
  • Sa protection IP (Niveau d’étanchéité poussière, eau, gaz, sa résistance et robustesse) ;
  • Ses dispositifs de fixation : Clip, dragonne, pince, magnétique ;
  • Ses sources d’alimentation et/ou recharge : Types piles, Types batteries rechargeables, USB, dynamo, photovoltaïque ;
  • Son ergonomie (UX) et ses programmes (combo).

Mais les attributs les plus déterminants pour nos stratégies de résilience sont,

  • Etre résistant et réparable ;
  • Etre disponible et fiable ;
  • Etre capable d’utiliser des sources d’énergies pérennes (universalité : piles ou batteries d’usages courants) ;
  • Etre autonome dans la durée.

5. Inventaire et organisation

A titre informatif, voici l’inventaire de mes dispositifs d’éclairages d’appoint et d’urgence, ainsi que mon organisation. Cet ensemble de lampes n’est probablement pas rationalisé de manière optimum, car j’ai depuis des années accumuler des solutions par envie, pour couvrir le champ globale des cas d’usages envisageables.

Rétrospectivement, il est possible de réduire cette liste. Cependant, tous ces dispositifs répondent aux besoins d’une famille et non pas d’une personne seule.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Résilience (@laresiliencefr) le

6. Conclusion

mes éclairages d'appoint et d'urgence

Considérant mon contexte et mon environnement de vie, il me faut personnellement disposer de différents éclairages d’appoint et d’urgence pour répondre aux besoins familiaux de résilience en éclairage. Il est important de noter l’importance du chevauchement des usages pour rationaliser les investissements tout en intégrant la redondance de solutions ( Deux c’est un et un c’est rien ). Quelque soit le budget, il existe une approche simple couvrant une grande partie de besoins les plus courants. Voici selon moi une approche cohérente :

  1. Bougies + briquets ;
  2. Lampe de camp à gaz ou à pétrole ;
  3. Lampe frontale et/ou une lampe baladeuse ;
  4. Lampe torche multi-intensités.

7. Quelques liens utiles

8. La playlist Youtube

Cet article a 4 commentaires

  1. Simon Aemkei

    Hello ! Super article comme d’hab, très complet. Je me permets de te partager le concept de bouteille solaire : https://youtu.be/vx_ca8kDIiM

    Cela fonctionne très bien avec une petite lampe de poche pour augmenter la zone éclairée sur un bivouac par exemple.

    Qu’en penses-tu ?

    1. Le Résilient

      Oui j’ai vu ce reportage. C’est une démarche lowtech utilisée aussi au Brésil dans les Favélas. Cependant pas de soleil ☀️ pas de lumière !

      1. Simon Aemkei

        Justement, ce système peut être utilisé avec une lampe de poche pour amplifier la luminosité.

    2. Le Résilient

      De même en mode système D, une lampe dans une Nalgene blanche fait le travail et sans eau

Laisser un commentaire