Zoom sur Survivaliste JCB

Zoom sur Survivaliste JCB

C’est aujourd’hui le tour de JC alias Survivaliste JCB. D’abord, je tiens à remercier JC de la promptitude avec laquelle il s’est prêté au jeu de cette nouvelle rubrique Zoom personnalité sur le blog. Je connais la chaine Youtube Survivaliste JCB depuis ses débuts, et je me souviens avoir de suite compris à quel public JC s’adressait. Le ton était déjà donné, avec une narration calme et nullement anxiogène. Un discours chargé de modération dans le poids et le choix des mots.

L’atout de sa chaine Youtube est incontestablement lié aux différents formats de contenus vidéo produits apportant toujours un apprentissage détendu. Je conseille vivement cette chaine aux nouveaux venus mais aux anciens survivalistes aussi. Vraiment du beau boulot.

Maintenant, je vous laisse découvrir ce Zoom sur Survivaliste JCB.

Zoom sur Survivaliste JCB

Q1 – Qui es-tu ?

Bonjour et tout d’abord merci à toi de m’accueillir sur ton blog et de m’offrir la possibilité de me présenter à tes lecteurs. Donc pour ceux qui ne me connaissent pas, je réponds au pseudo de JCB. J’ai 56 ans et je suis français. Originaire du Var, j’ai vécu la majeure partie de ma vie dans la région niçoise. En 2003 j’ai quitté la France pour venir m’installer au Québec, dans la ville de Québec.

Q2 – Comment es-tu devenu qui tu es aujourd’hui ?

Pour ma part, je ne me souviens pas d’être devenu survivaliste.

J’ai vécu de l’enfance à l’âge adulte dans l’arrière pays niçois. Même si j’allais en ville pour mes études, et plus tard pour le travail, je peux dire que j’ai vécu à la campagne. Donc forcément les habitudes de vie étaient différentes de celles du citadin moyen. Acheter une bouteille d’eau à 21h signifiait une heure de route aller-retour pour se rendre en ville. Donc il valait mieux avoir des réserves pour se dépanner.

À cette époque, les gens qui vivaient dans les villages avaient encore cette notion fondamentale de stockage à plus ou moins grande échelle. De ce côté mes parents faisaient partie des plus prévoyants. J’ai toujours connu à la maison d’importantes réserves de nourriture et de produits essentiels. Ce point était le domaine de prédilection de ma mère. De son côté, mon père a toujours été un bricoleur averti « touche à tout » qui m’a énormément appris. Ayant baigné depuis toujours dans cette ambiance familiale, il était tout naturel pour moi d’avoir une attitude prévoyante et résiliente.

Ce n’est que bien plus tard que j’ai découvert que cette façon d’être, qui me paraissait normale et naturelle, portait un nom et qu’il s’agissait de survivalisme.

Aujourd’hui nous sommes en train de redécouvrir ce qui était le quotidien de nos anciens et il faut réapprendre aux gens la capacité de subvenir à leurs besoins fondamentaux, au moins au minimum. Mais c’est un autre sujet.

En arrivant au Québec je pensais trouver une communauté survivaliste assez étendue mais au contraire. J’ai constaté qu’en dehors des villes, les gens ont encore une attitude naturellement survivaliste et n’ont pas besoin qu’on leur explique comment faire.

Q3 – Pourquoi es-tu devenu producteur de contenus internet ?

Je suivais depuis un bon moment plusieurs chaînes survivalistes sur YouTube et quelques groupes sur Facebook. Je trouvais que la plupart des chaines spécialisées dans notre domaine traitaient de sujets plutôt avancés dans la préparation. En parallèle j’ai constaté que beaucoup de gens posaient régulièrement les mêmes questions de base, autant sur Youtube que sur les groupes dédiés sur Facebook. Il m’a semblé qu’il pouvait être compliqué, voir décourageant, pour une personne qui voulait se lancer dans le domaine de voir le niveau de préparation évoqué dans ces différents médias. Le fait de découvrir tout le chemin à parcourir pour arriver à un niveau de préparation efficace peut être anxiogène pour certains. Pour ma part je pense que chaque pas fait dans le bon sens vient améliorer nos chances en cas de problème. Du moins c’est le message de fond que j’essaie de faire passer dans mes vidéos. Quand je parle de problème, je n’évoque pas forcément un effondrement total et définitif de notre société, mais de petits bris de normalité que nous pouvons tous connaître. Il est facile de s’équiper à peu de frais pour couvrir ce premier niveau de risque et ça reste un bon point de départ pour qui veut se lancer. La suite ne sera qu’une montée en puissance de notre résilience, voir de notre autonomie. Pour revenir à la question, j’ai donc décidé en juillet 2019 de lancer ma propre chaîne YouTube entièrement dédiée aux débutants. Je voulais donner les bases aux nouveaux venus et servir de courroie de transmission vers les grandes chaînes sur YouTube une fois les premières étapes de leur préparation terminées.

Je dois avouer que je pensais faire une dizaine de vidéos et m’en tenir là. Mais une fois que l’on a mis le doigt dans l’engrenage, il y a tellement de choses à dire qu’il est difficile de s’arrêter. Presque un an et demi plus tard, une soixantaine de vidéos en ligne dont une dizaine de lives, j’ai encore énormément de projet en tête. Seul le temps me manque.

Q4 – Pourquoi as-tu choisi un type de support particulier ?

Étant fréquemment sur YouTube j’ai trouvé tout naturel d’utiliser cette plateforme pour atteindre le plus de gens possible. En plus je trouve que le fait que les gens s’abonnent à une chaîne donne un sentiment d’appartenance à une communauté. Il y a un geste volontaire.

J’utilise aussi Facebook pour diffuser mes vidéos et suivre l’actualité des groupes ou des personnes que je trouve intéressants et légitimes dans notre domaine.

J’ai également un compte Instagram mais je suis très peu actif sur cette plateforme.

Q5 – As-tu un thème de prédilection ?

Comme je l’ai dit plus haut, mon domaine de prédilection reste les débutants. Étant donné que je prône la préparation horizontale, je me dois de toucher à plusieurs domaines dans notre spécialité. Mais j’ai pour règle de ne parler que de choses que je connais vraiment. Bien sûr mon niveau n’est pas le même dans tous les domaines et il y a des secteurs sur lesquels j’ai encore du travail à faire. Par exemple je pêche sérieusement sur les plantes comestibles ou médicinales. C’est un domaine que je dois développer avant tout pour moi et ma préparation.

Je pourrais peut-être par la suite partager mes acquis.

Donc pour l’instant j’ai fait plusieurs vidéos sur les armes, le matériel tel que le sac d’évacuation ou l’EDC, une série « Scénario » qui propose des petites mises en situation, et dernièrement une nouvelle série « Radio Survie » où je donne mon point de vue sur plusieurs thèmes sous un format proche du podcast. Enfin j’aime discuter lors des lives avec des invités variés (le dernier étant Argos) et avoir un contact direct avec mes abonnés.

Q6 – Quelles sont tes lectures favorites ?

Je ne suis pas un bon client pour les libraires. Bien sûr j’ai lu certains classiques comme « Rues barbares » mais j’avoue qu’il m’arrive que très rarement de me rabattre sur un livre alors que l’information que je cherche est facilement accessible sur internet.

Q7 – Quelles sont tes influences principales ?

Dans le petit monde de YouTube, comme beaucoup, j’ai suivi le travail remarquable de VolWest mais pas seulement. Je pense aussi à Esobook, Vik Gadsden, Argos, Pascal Breaking Normality et bien d’autres.

Mais en remontant aux sources, ce sont mes parents qui m’ont réellement influencé et donné les bases de résilience que je défends aujourd’hui et que je souhaite partager.

Q8 – Comment peut-on suivre ton activité ?

Avant de donner les liens, je tiens à te remercier de m’avoir donné la parole et je souhaite par avance la bienvenue à tous ceux qui viendront faire un petit tour sur ma chaîne.

Pour me suivre presque tout se passe sur ma chaîne YouTube :

Zoom personnalité  :

  1. Zoom sur Tom de Preppers.space
  2. Zoom sur Survivaliste JCB

Laisser un commentaire