La paracord 550, est-ce un mythe ?

La paracord 550, est-ce un mythe ?

La Paracord 550 est-elle un équipement adapté à toutes les situations (Résilience, Survie, Bushcraft) ? Est-ce un mythe ?

Mon expérience des cordages remonte à très longtemps. Gamin dans mes excursions dans la verte, dans la Marine nationale, dans mes activités comme la voile, la plongée ou l’escalade j’ai toujours utilisé des cordages. Je manipule des « bouts » [ se prononce « Boute » ], des ficellous, des aussières, des garcettes, des écoutes ou des cordes depuis près de quarante ans.

Rappel d’un article à lire : Les nœuds, compétence essentielle de résilience

Dyneema, Specta, chanvre, polyester, Vectran‎, qu’ils soient naturel ou synthétique, mes doigts sont les palpeurs de sensations à l’affût de la qualité des cordages. Mou, abrasif, tendu, serré, dense, rigide ou souple, élastique, reflex, statique, j’apprécie les qualités de beaucoup de tissage, de tressage et de matières.

Interpellé par un grand nombre d’éloges sur l’universalité de ce cordage, j’ai donc acquis de la « paracord 550 » il y a un an, afin de me faire une idée personnelle. J’ai donc manipulé, noué, tendu, fait des coupes d’arrêt, lové, glèné, bobiné, brûlé, mouillé, frotté de la paracord…

La conception

La gaine tissée de la paracord n’est pas solidaire des 7 brins intérieurs. C’est pour certains son avantage en raison des possibilités de dissociation qu’offre la corde. Pour ma part c’est la raison de sa « faiblesse ». Oui j’assume préférer disposer de cordages de plusieurs diamètres aux fonctions spécifiques, plutôt que de compter sur un seul type de cordage.

Caractéristiques de la « Paracord » 550 de type III

  • 7 brins intérieurs ayant une résistance d’environ 35 livres chacun. Chaque brin intérieur est lui-même composé de 2 brins ayant une résistance d’environ 17,5 livres chacun.
  • Gaine tressée 32 fils
  • Résistance à la rupture environ 250 kg
  • Allongement minimum 30%
  • Environ 4mm de diamètre
  • Sèche rapidement, ne se décompose pas et n’est pas sensible aux moisissures
  • Fabriqué au USA par un fournisseur de l’armée

Dixit www.franceparacord.com

La paracord ou paracord 550 aussi appelée parachute corde est une corde en nylon légère qui était à l’origine utilisée dans les suspentes de parachutes au USA pendant la seconde guerre mondiale. Elle est maintenant utilisée comme corde utilitaire à usage général par les militaires et les civils. La gaine tressée est composée d’un grand nombre de fils pour sa taille ce qui lui donne un aspect relativement lisse. Les 7 brins intérieurs de l’âme peuvent être retirés et également utilisés lorsque le besoin de disposer d’un cordon plus fin se fait sentir.

La paracord US pour les militaires est spécifique à la norme MIL-C-5040H. Les spécifications militaires américaines définissent 6 types de paracord : I, IA, II, IIA, III, IV. Celle de type III est la plus couramment utilisée, elle a une résistance à la rupture d’environ 550 livres d’où son appelation paracord 550.

En dehors de son domaine d’utilisation d’origine, la paracord peut être utilisée pour la confection de tressages en tout genre : Bracelets, bracelets de survie, porte clés, manches de couteau, dragonnes, lacets de chaussure, ceintures, colliers, harnais d’animaux, etc… C’est un cordon esthétique, résistant, très souple, agréable à tresser, à nouer et à dénouer.

Vous trouverez sur internet nombre de site revendiquant vendre de la paracord provenant des USA alors que la paracord qu’il propose n’est en fait qu’une pale copie, le plus souvent fabriquée en Chine. Soyez vigileant ! La qualité à un prix !

A l’usage

La coupe d’arrêt

Faire une coupe d’arrêt sur la paracord n’est pas aussi simple que sur les cordages de conception homogène. Il faut que la gaine et son âme (7 brins) soient fondues de manière simultanée pour maintenir la longueur respective de l’intérieur et de l’extérieur du cordage. Un nœud d’arrêt est nécessaire pour maintenir la tension de la gaine et des brins au moment du brûlage. Sachant que le tissage de la gaine permet un allongement et que les brins eux restent à la même longueur, il est possible que les matières ne fondent pas de la même manière (matériaux différents). Il est peut aisé d’obtenir un résultat probant sur le terrain extérieure et sans sertir la fusion lors de la combustion. Une Pince où des gants sont donc nécessaires pour faire les choses bien et sans se brûler.

Tous les autres cordages que j’utilise permettent une coupe d’arrêt franche, avec une fonte rapide et homogène. À côté des cordages de conception homogènes et de la simplicité de coupe d’arrêt, la paracord n’est pas pour moi le meilleur choix.

Lover et glèner

Le rangement efficace de la paracord est complexe sur des longueurs supérieure à 10 mètres. L’aplatissement et glissement de la gaine pénalisent considérablement son « lovage » en glène ou en huit. Ce qui en définitif pénalise ultérieurement son déploiement. Quelques soient la technique de lovage, le dé-bobinage engendre souvent un sac de nœuds.

La compensation de torsions est non contrôlables par les techniques conventionnelles de contre rotation lors du lovage en raison de son aplatissement. Opérer une glène de 30 mètres sur son avant bras permet de ranger rapidement la paracord, mais je rigole d’avance du résultat au déploiement. La glène en huit ou en oreilles de cocker ne sont pas plus pertinentes non plus pour la paracord de longue taille.

Sachant que c’est le déploiement du cordage qui est primordial, réfléchissez plus sérieusement au côté opérationnel du dispositif en situation critique. En effet, l’objectif de disposer d’un cordage est de pouvoir l’utiliser en toutes circonstances rapidement, je déconseille le rangement en glène qui produira un tas de cordage peu opérationnel au moment attendu.

Le seul moyen d’éviter cela est de disposer d’un enrouleur pour faciliter le dé-bobinage. Il me semble même qu’un dévidoir serait la meilleure des solutions opérationnelles. L’impression 3D m’a permis de tester un enrouleur dont voici le fichier 3D.

Ou alors peut-être est-ce un cordage qui contribue au look tacticool et qui ne sera jamais utilisé ?

Une autre solution peut être de diviser vos 20-30-40 mètres de paracord, afin de ranger individuellement des portions de 5 mètres avec des techniques de petits bobinages, des glènes en huit, ou encore avec des tressages macramés (qui ne manquent pas sur internet).

Atelier macramé en perspective (je vous laisse chercher) !

Personnellement je ne coupe un cordage que lorsque c’est vraiment nécessaire. En effet, soit on définit en amont les usages courant de chaque portion de corde et on dispose de différentes longueurs prédéfinies, soit on conserve la longueur intégrale afin de s’adapter à l’instant T. Cependant, comme la coupe d’arrêt n’est pas si simple, il faudra s’entraîner à sa réalisation. Un feu ou la flamme d’un Zippo feront l’affaire…

Là encore je ne suis pas satisfait : La conception de la paracord est un handicap à son rangement.

Conclusion

Bien que certains lui approprient des arguments positifs comme faire des lacets, du fils de pêche ou de couture ou bien encore des bracelets de survie, je reste perplexe quant à la nécessiter d’en acquérir. C’est donc une suspente de voile parachute totalement adaptée à cet usage, et je comprends que l’acte de récupération d’un parachutiste soit opportun, autant je ne comprends pas l’idée d’achat pour répondre à aux besoins usuels et courants.

Personnellement je lui confère plus d’inconvénients face aux cordages conventionnels marin ou alpin. Je ne suis donc absolument pas d’accord avec le mythe que l’on fait de la paracord. J’estime que beaucoup surévalue la qualité de ce cordage, et qu’il existe bien d’autres cordelette nettement plus satisfaisante et pratique que la paracord.

La playlist Youtube

Cet article a 2 commentaires

  1. Kilgore

    Salut Le Résilient,

    Pour les néophytes de la corde, qui, en attendant une pratique diverse et variée à venir, souhaitent acquérir du bout au cas ou le besoin surviendrait à l’improviste, quel type de bout nous conseillerais-tu (diamètre, matière, tressage) ?
    Tout en sachant que le cordage est un domaine pointu, la meilleure corde ce sera certainement celle dont on disposera au moment fatidique. Néanmoins, autant mettre toutes les chances de son côté et avoir celle la plus polyvalente possible.
    Merci de tes conseils éclairés, je ne voyais pas autant de défauts à la paracorde alors qu’elle est bien souvent encensée sur le web … et les vendeurs du web.

    1. Le Résilient

      @kilgore, la matière que je préfère est le Dyneema : une fibre de polyéthylène ultra résistante

Laisser un commentaire